Présentation

Ce cycle d’ateliers repose sur deux fondamentaux : la volonté de bienveillance et la volonté de suspendre son jugement.

Il se situe à la croisée de plusieurs pratiques : l’écriture poétique,  l’éducation populaire et les outils d’intelligence collective, l’art-thérapie, le travail de la voix et du jeu, le yoga, la communication non-violente.

Il apporte des bénéfices artistiques, éducatifs, thérapeutiques et sociaux :
+ Acquérir une meilleure connaissance de soi
+ Apprivoiser ses émotions avec une activité créative et concrète
+ Appréhender son vécu en se racontant l’histoire qui fait du bien
+ Développer de la familiarité avec sa langue, s’en faire une alliée
+ Découvrir sa créativité, la développer et l’entretenir
+ Apprendre à s’exprimer avec justesse
+ S’exercer à écouter sans jugement, se laisser surprendre par l’autre
+ Créer du lien social, faire circuler la parole

Cette pratique de groupe vise à soutenir l’émancipation et l’autonomie individuelle, notamment par la reconnaissance de ses différentes facettes (par le groupe et par soi-même).

L’animatrice assure un cadre dans lequel elle est co-responsable avec toutes les personnes participantes du bon déroulement et de la richesse de chaque atelier.

Quand les ateliers ont lieu dans le cadre d’une institution, un travail préalable peut être réalisé avec les équipes pédagogiques et soignantes.

En général un atelier se structure en quatre temps :
+ La  prise de contact pour former un groupe sécurisant
+ L’auscultation d’une émotion qui s’achève par un partage
+ L’écriture proprement dite qui s’achève par un partage
+ La mise en voix qui s’achève par une restitution

Idéalement, les ateliers se pratiquent par cycle de 6 séances qui permettent de déployer le travail jusqu’à une restitution en public.